Bitget App
Trade smarter
Acheter des cryptosMarchésTradingCopyBotsEarnWeb3

Début du procès de FTX - D'amis à ennemis, des secrets dévoilés

iconShare
2023-10-31
Début du procès de FTX - D'amis à ennemis, des secrets dévoilés

À savoir

- Trois amis proches de SBF ont témoigné contre lui devant le tribunal, suggérant qu'il était le cerveau de l'effondrement de FTX et d'Alameda. Ils ont déclaré que SBF était en fait au courant des imbrications entre les activités de FTX et d'Alameda ainsi que de leurs manquements, et qu'il ne s'agissait pas d'un entrepreneur naïf ayant "agi de bonne foi", comme l'a affirmé l'avocat de la défense.

- Pendant ce temps, les 400 millions de dollars qui avaient été volés lors de la mise en faillite de FTX ont soudainement été déplacés à nouveau.

Dans le cadre de l'affaire Sam Bankman-Fried (SBF), une histoire de loyauté à géométrie variable et de révélations surprenantes a éclaté au grand jour. Des alliés proches du fondateur et ex-PDG de FTX se sont présentés à la barre et, à la surprise générale, ont semblé se retourner contre l'homme qui était autrefois à la tête de l'un des empires les plus importants du secteur des cryptomonnaies.

Le procès débute par la défense de SBF, qui le présente comme un entrepreneur visionnaire ayant créé des entreprises valant des milliards de dollars à partir de rien. Ils l’appellent "Sam" d'une manière amicale, presque attachante, en mettant l'accent sur ses réalisations. "Sam n'a fraudé personne", selon eux. "Sam a agi de bonne foi... Il n'a pas volé d'argent".

Mais au fil des jours, un récit différent commence à émerger.

Quand les "alliés" témoignent

Ces deux dernières semaines, trois personnes ayant été proches de SBF ont été appelées à la barre. Parmi eux figurent Adam Yedidia, un ami du MIT qui a travaillé en étroite collaboration avec SBF chez FTX, Gary Wang, cofondateur et ancien directeur technique de FTX, et Caroline Ellison, ancienne directrice générale d'Alameda Research.

Fragile depuis juin 2022

Le témoignage de Yedidia met en évidence une conversation cruciale au cours de laquelle SBF a admis que FTX n'était "pas à l'épreuve des balles". Cet aveu franc suggère que SBF était conscient des risques financiers croissants de FTX, Alameda ayant à l'époque un passif de 8 milliards de dollars à l'égard de la plateforme.

Cela laisse supposer que SBF était parfaitement conscient des vulnérabilités de FTX et que celles-ci pouvaient mettre en péril la stabilité financière de la plateforme, bien qu'il ait déclaré publiquement en novembre 2022 que "FTX va bien. Les actifs vont bien."

Début du procès de FTX - D'amis à ennemis, des secrets dévoilés image 0

Par ailleurs, cette déclaration laisse entendre que SBF aurait eu connaissance des risques financiers posés par les activités d'Alameda au sein de FTX.

Un tissu de mensonges

Gary Wang a probablement fourni l'un des témoignages les plus accablants. SBF lui aurait demandé de modifier un élément essentiel du code de FTX, permettant à Alameda d'obtenir une ligne de crédit faramineuse de 65 milliards de dollars auprès de FTX. Cette ligne de crédit était unique en son genre – personne d'autre ne disposait d'une ligne de crédit supérieure à 1 milliard de dollars. Grâce à cette modification du code, Alameda a pu avoir un solde de compte négatif et emprunter de l'argent aux clients de FTX qui ne se doutaient de rien. Cette révélation témoigne des manipulations complexes qui ont eu lieu en coulisses, impliquant non seulement SBF mais aussi d'autres hauts responsables de FTX et d'Alameda.

Wang révèle également le fonctionnement interne du supposé filet de sécurité de FTX, son fonds d'assurance de secours. Ce fonds était destiné à couvrir les pertes lorsque la position d'un client nécessitait une liquidation. Cependant, le témoignage de Wang dépeint un tableau sombre. Il a en effet révélé que la valeur du fonds de garantie figurant sur le site web de FTX était en fait un leurre, dans le but de donner un faux sentiment de sécurité aux clients et aux investisseurs. C'est un nouvel élément qui vient s'ajouter à un dossier déjà complexe d'allégations autour de FTX.

Wang est allé jusqu'à contredire les déclarations optimistes de SBF. Il affirme sans ambages que "FTX n'allait pas bien et que les actifs n'allaient pas bien".

Secrets, scandales et manigances à huis clos

Le témoignage de Caroline Ellison n'est rien de moins qu'un récit captivant des intrigues et des tromperies qui ont entouré SBF et son empire financier.

Une créativité presque trop poussée en matière de comptabilité

L'un des aspects les plus surprenants du témoignage d'Ellison est son récit des stratégies comptables originales qui ont été employées pour tromper les investisseurs d'Alameda et les utilisateurs de FTX. Ellison révèle qu'elle a manipulé des bilans comptables et a tenu des propos vagues pour dissimuler la situation financière risquée d'Alameda et les sommes faramineuses qu'Alameda avait détournées de FTX. Étonnamment, en mai 2022, Alameda avait secrètement retiré plus de 10 milliards de dollars des poches de clients de FTX. Interrogée sur la raison pour laquelle ces retraits illicites étaient qualifiés "d'emprunts de FTX", Caroline Ellison désigne sans hésiter SBF comme le cerveau de ce tour de passe-passe financier. Elle admet qu'elle n'a fait qu'obéir aux ordres de SBF, lequel lui avait explicitement demandé d'éviter de qualifier explicitement ces fonds de "fonds appartenant à des clients de FTX".

Voilà sans doute pourquoi Alameda a eu tant de mal à se faire auditer. Malgré plusieurs tentatives d'embauche de comptables au fil des années, ils ont toujours essuyé des réticences, les auditeurs refusant d'examiner les livres de comptes d'Alameda. Si une entité de cette envergure enregistre toutes ses transactions financières douteuses sur des feuilles de calcul Google, il n'est pas surprenant qu'aucun auditeur n'ait voulu s'en charger.

Des opérations mondiales qui tournent mal

Le récit de Caroline Ellison prend une tournure encore plus sombre lorsqu'elle décrit les détails choquants des "vastes opérations mondiales" de FTX, où la tromperie et les tactiques sans scrupules semblent ne connaître aucune limite, tant sur le plan géographique que sur le plan éthique.

Selon Ellison, Alameda avait, sous les instructions de SBF, mis au point de nombreux stratagèmes douteux pour tenter de libérer des capitaux bloqués dans le cadre d'une enquête pour blanchiment d'argent en Chine. Parmi les nombreuses stratégies qui ont échoué, elle décrit un plan insolite consistant à payer des prostituées thaïlandaises pour qu'elles ouvrent des comptes sur certaines plateformes, afin de mettre en place un système de trading via ces comptes dans l'intention d'épuiser les fonds d'Alameda basés en Chine. La valeur de ces fonds serait donc transférée sur les comptes de ces personnes, auprès desquelles Alameda pourrait les récupérer plus tard. En vain, SBF a même tenté de corrompre des fonctionnaires chinois "pour un montant de l'ordre de 100 millions de dollars" afin de libérer les capitaux bloqués.

En outre, il a été révélé que FTX envisageait de lever des capitaux auprès de nul autre que le prince et premier ministre saoudien Mohammed bin Salman en juin 2022, alors qu'Alameda était en pleine perdition. La simple idée d'une telle alliance financière laisse entrevoir l'ampleur des opérations de FTX et son impact sur la finance mondiale.

Une culture de la tromperie forgée par son chef

L'ancienne directrice générale d'Alameda raconte comment SBF a normalisé la culture de la tromperie au sein de l'organisation, en déclarant explicitement que le mensonge et le vol d'argent étaient autorisés dans sa vision du monde. Au fil du temps, cette attitude permissive à l'égard de la tromperie est devenue partie intégrante de l'environnement dans lequel elle travaillait.

La tromperie ne pouvant fonctionner au grand jour, Ellison évoque comment SBF a cultivé une culture du secret parmi les hauts responsables de l'organisation. Cela impliquait l'utilisation d'applications de messagerie cryptées telles que Signal, avec des messages effacés au bout d'une semaine, et une préférence pour les rencontres en personne. Les responsables employaient également un langage codé, comme la référence à "notre ami coréen", qui aurait fait allusion à une porte dérobée utilisée pour détourner des fonds de FTX vers Alameda. SBF a soutenu que ce comportement secret avait été recommandé par l'avocat engagé par FTX.

Le témoignage de Caroline Ellison met également en lumière sa fameuse liste "Les choses qui font flipper Sam", un fichier Google qu'elle mettait régulièrement à jour. Ce document montre les inquiétudes croissantes de SBF à propos d'une couverture médiatique négative et d'un plan visant à inciter les autorités de régulation à sévir contre son concurrent Binance. Ce stratagème reposait sur la conviction que FTX pourrait absorber les clients de Binance, comblant ainsi son propre déficit de 8 milliards de dollars. Cette liste constitue un témoignage tangible des pressions et des machinations qui se sont déroulées en coulisses.

Avec son témoignage, Caroline Ellison relate des actes frauduleux qui se sont étendus à la fois à Alameda et à FTX. Ses révélations placent SBF au cœur de l'affaire de malversations financières présumées et brossent un tableau saisissant du monde qu'il a créé au sein de son château de cartes.

Déplacement de 400 millions de dollars volés au cours du procès

Au cours des deux premières semaines du procès, plus de 400 millions de dollars, volés à FTX le jour de la faillite, ont recommencé à circuler. Selon le fournisseur d'analyses blockchain Elliptic, les responsables de ce blanchiment d'argent pourraient avoir des liens et des antécédents liés à la cybercriminalité. Comme beaucoup d'autres hackers, ils ont fait transiter l'argent volé par des services de "mixage" de cryptomonnaies afin de brouiller les pistes. Il est surprenant de constater qu'une partie des fonds a été blanchie par l'intermédiaire d'un service appartenant à FTX, ce qui a ajouté un degré de complexité à l'opération.

Conclusion

Les témoignages des anciens proches de SBF alimentent les soupçons qui pèsent sur lui, le présentant comme le cerveau des malversations présumées. Les projecteurs se sont braqués sur ces personnes qui, il n'y a pas si longtemps, étaient considérées comme intelligentes, privilégiées et pleines de potentiel. À présent, ils se décrivent comme des individus ayant agi simplement selon les directives de SBF, comme s'ils n'étaient pas des adultes à part entière, dotés de leur propre autonomie et de leur capacité à discerner le bien du mal.

Les témoignages de ces personnes font apparaître un niveau surprenant de soumission à SBF, suggérant une absence d'autonomie ou même de jugement moral pour ce qui est de leurs actions. La responsabilité est systématiquement imputée à SBF, comme si son influence était si écrasante qu'ils ne pouvaient pas résister à ses ordres. Ce récit pose la question suivante : dans quelle mesure la responsabilité personnelle et l'obligation de rendre des comptes doivent-elles être prises en compte dans le feuilleton juridique qui se déroule sous nos yeux ?

Alors que le procès est censé se poursuivre jusqu'en novembre, il devient évident que le récit est loin d'être terminé et que d'autres révélations étonnantes pourraient encore être dévoilées. Plusieurs autres cadres supérieurs de FTX et d'Alameda, dont Ryan Salame et Sam Trabucco, figurent sur la liste des témoins potentiels.

Début du procès de FTX - D'amis à ennemis, des secrets dévoilés image 1

Source : Cointelegraph

Avertissement :
Les opinions exprimées dans cet article le sont à titre informatif uniquement. Cet article ne constitue pas une recommandation des produits et services présentés, ni un conseil en matière d'investissement, de finance ou de trading. Avant de prendre toute décision financière, il est recommandé de demander conseil à des professionnels qualifiés.