Bitget App
Trade smarter
Acheter des cryptosMarchésTradingCopyBotsEarnWeb3

Le verdict est tombé : le témoignage de Sam Bankman-Fried ne laisse aucune place au doute 

iconShare
2023-11-09
Le verdict est tombé : le témoignage de Sam Bankman-Fried ne laisse aucune place au doute 

À savoir

- SBF a pris la parole pour se défendre, mais son plan s'est retourné contre lui.

- Les jurés ont unanimement voté sa culpabilité pour les sept chefs d'accusation.

- SBF va faire appel de la décision.

- En mars 2024, le juge décidera des modalités précises de la condamnation, et SBF devra subir un nouveau procès pour cinq autres chefs d'accusation.

L'univers crypto a de nouveau été le théâtre d'un épisode judiciaire lorsque Sam Bankman-Fried (SBF), l'ancien dirigeant de la société désormais disparue FTX, s'est présenté à la barre pour se défendre contre une série de chefs d'inculpation. Qu'il s'agisse de clamer son innocence, de rejeter la faute sur tous ses anciens camarades de confiance ou de contredire ses propres paroles, SBF a tout fait pour affirmer que la chute de FTX était le résultat d'erreurs honnêtes.

La défense de SBF ou comment griller ses chances et aggraver son cas

Alors que Sam Bankman-Fried est à la barre, le procès pour fraude se déroule sous le signe d'une tension particulière. Risquant une condamnation à perpétuité s'il est reconnu coupable, le fondateur de FTX jouait gros. Son témoignage constitue un moment décisif alors qu'il est confronté à un déferlement d'accusations criminelles, dont la fraude électronique, la fraude en matière de valeurs mobilières et le blanchiment d'argent.

Le témoignage de SBF s'est articulé autour de plusieurs thèmes clés. Il a tout d'abord évoqué ses connaissances limitées en matière de cryptomonnaies avant de lancer FTX, soulignant toutefois qu'il avait vu une opportunité sur le marché en raison des lacunes dans les connaissances et l'infrastructure existantes. Il admet donc en toute franchise qu'il ne connaissait pas grand chose des cryptomonnaies au départ.

Sa défense a surtout cherché à dépeindre SBF comme un entrepreneur débordé plutôt que comme un criminel réfléchi. Son avocat a ainsi souligné qu'il avait admis des erreurs de gestion, en particulier l'absence d'une équipe dédiée à la gestion des risques chez FTX. SBF a également abordé la charge de travail écrasante à laquelle il était confronté en tant que PDG de FTX, travaillant de longues heures et recevant des milliers d'e-mails chaque jour.

Néanmoins, l'accusation ne s'est pas laissée endormir et a souligné son rôle dans l'utilisation massive des fonds des clients de FTX à des fins de marketing et promotionnelles, notamment les droits relatifs à la dénomination d'un stade de basketball à Miami et des propriétés somptueuses aux Bahamas. La stratégie de la défense reposait sur l'idée simple que, pour SBF, ces dépenses étaient financées par les bénéfices de l'entreprise, et non par les fonds des clients.

Un autre aspect crucial du témoignage de SBF concerne ses tentatives répétées de convaincre Caroline Ellison, l'ancienne PDG d'Alameda Research et son ex-petite amie, de couvrir le risque d'Alameda. Il a révélé qu'il avait discuté avec elle de stratégies de couverture dès la fin de l'année 2021, mais qu'il était frustré que ces suggestions n'aient pas été mises en œuvre. La défense a cherché à faire porter le chapeau à Caroline Ellison pour n'avoir pas pris de mesures en matière de gestion des risques, ce qui aurait permis de lui faire porter la responsabilité des problèmes financiers.

Dans la salle d'audience, la défense a cherché à humaniser SBF, en expliquant comment il est devenu involontairement le visage public de FTX et en abordant son apparence non conventionnelle et son implication dans les questions politiques liées à la pandémie de COVID-19.

L'accusation, quant à elle, a présenté SBF comme un cadre du secteur technologique qui a délibérément dissimulé ses actes. Le camp de l'accusation s'est interrogé sur la suppression de messages et l'utilisation de communications chiffrées, suggérant que ces pratiques constituaient des preuves d'actes répréhensibles.

Lors du contre-interrogatoire, la décision téméraire de SBF de témoigner pour sa propre défense a semblé se retourner contre lui, car il avait du mal à se souvenir de détails essentiels, ce qui a ébranlé sa crédibilité aux yeux du jury. Les procureurs ont fait valoir que son témoignage donnait l'image d'un diplômé du MIT très intelligent qui, bien qu'il ait dirigé des entreprises valant des milliards de dollars et témoigné devant le Congrès, est soudainement devenu "désemparé" face à la santé financière de sa propre entreprise.

Au cours des semaines précédentes, la salle d'audience a été témoin d'une série de témoignages accablants d'anciens associés de premier plan, dont beaucoup se sont retournés contre lui en l'impliquant dans un système complexe grâce auquel il aurait utilisé les fonds des clients de FTX pour un large éventail de dépenses, allant d'investissements à risque à des propriétés de luxe. Les bases d'une défense difficile furent ainsi jetées, car l'accusation présenta des preuves à charge, notamment des messages chiffrés de Signal et des documents internes suggérant l'implication de SBF dans l'utilisation des fonds des clients de FTX.

Décision du jury : affaire complexe mais verdict simple

Le contraste frappant entre les réalisations antérieures de SBF, dont il se vantait, et son amnésie soudaine au tribunal est devenu un point central du procès. Les jurés ont été confrontés au paradoxe suivant : un brillant entrepreneur pouvait-il vraiment ignorer jusqu'à la dernière minute les problèmes financiers qui se préparaient au sein de son propre empire ? Cette question déconcertante a été au cœur de leurs délibérations, car ils ont évalué la crédibilité des affirmations de l'ancien magnat des cryptos au regard des preuves et des témoignages présentés devant le tribunal.

Le verdict, rendu rapidement après seulement cinq heures de délibérationa été unanime et a reconnu SBF coupable des sept chefs d'accusation. La salle d'audience est restée silencieuse à la lecture du verdict, et SBF risque désormais plus de 100 ans de prison. Les sept chefs d'accusation dont il a été reconnu coupable sont les suivants :

1. Fraude électronique à l'encontre des clients de FTX.

2. Association de malfaiteurs en vue de commettre une fraude électronique à l'encontre des clients de FTX.

3 4. Fraude électronique et association de malfaiteurs en vue de commettre une fraude électronique à l'encontre des prêteurs d'Alameda Research.

5. Association de malfaiteurs en vue de commettre des fraudes en matière de valeurs mobilières à l'encontre des investisseurs de FTX.

6. Association de malfaiteurs en vue de commettre une fraude sur les matières premières à l'encontre des clients de FTX.

7. Association de malfaiteurs en vue de commettre des actes de blanchiment d'argent.

SBF reconnu coupable à sept reprises, et ce n'est pas fini

Après le verdict sans appel du jury, l'avenir de SBF est incertain. Lewis Kaplan, juge de la Cour de district, a fixé la date de sa condamnation au 28 mars 2024. D'ici là, SBF retournera à la prison de Brooklyn, où il est détenu depuis le mois d'août.

Malgré le jugement défavorable, l'équipe juridique de SBF ne se laisse pas décourager. Son avocat principal, Mark Cohen, a fait part de sa déception et a déclaré qu'il ferait appel de la décision.

Le procureur Damian Williams, lors d'une conférence de presse à l'extérieur du palais de justice de Manhattan, s'est félicité de la décision du jury et a souligné l'engagement du gouvernement à lutter contre la fraude et la corruption. Il a adressé un avertissement sévère aux fraudeurs potentiels, affirmant que personne n'est intouchable et que les délits les plus complexes ne resteront pas impunis.

Les batailles juridiques de SBF sont loin d'être terminées. En mars 2024, le juge décidera de la peine de SBF.

Le diplômé du MIT fait également l'objet d'un second procès pour cinq autres chefs d'accusation distincts de ceux qui ont été retenus dans le cadre de la récente procédure. Ce procès est également prévu pour le mois de mars, mais les procureurs ont jusqu'au 1er février pour décider s'il aura lieu. Les charges supplémentaires sont les suivantes :

1. Fraude à l'encontre des clients de FTX dans le cadre de l'achat et de la vente de produits dérivés.

2. Fraude en matière de valeurs mobilières à l'encontre des investisseurs de FTX.

3. Association de malfaiteurs en vue de commettre une fraude bancaire.

4. Association de malfaiteurs en vue d'exploiter une entreprise de transfert de fonds sans licence.

5. Association de malfaiteurs en vue de violer les dispositions anti-corruption de la loi sur les pratiques de corruption à l'étranger (Foreign Corrupt Practices Act).

Le résultat de ces procédures judiciaires continuera à dessiner l'avenir de Sam Bankman-Fried, une figure autrefois associée aux sommets du monde crypto et aujourd'hui aux prises avec une réalité radicalement différente.

Pour en savoir plus sur la saga FTX, lisez ces articles :

L'effondrement de FTX

Début du procès de FTX - D'amis à ennemis, des secrets dévoilés

Ce qui s'est passé pendant la troisième semaine du procès de Sam Bankman-Fried

Avertissement :
Les opinions exprimées dans cet article le sont à titre informatif uniquement. Cet article ne constitue pas une recommandation des produits et services présentés, ni un conseil en matière d'investissement, de finance ou de trading. Avant de prendre toute décision financière, il est recommandé de demander conseil à des professionnels qualifiés.