Bitget App
Trade smarter
Acheter des cryptosMarchésTradingCopyBotsEarnWeb3

Principales étapes de l'évolution des cryptomonnaies

iconShare
2023-07-14
Principales étapes de l'évolution des cryptomonnaies

Véritable symbole de l'innovation, les cryptomonnaies sont devenues la classe d'actifs la plus dynamique et la plus performante de la décennie. Revenons sur l'histoire du florissant marché des cryptomonnaies et prenons un moment pour mesurer l'étendue du chemin parcouru.

Principales étapes de l'évolution des cryptomonnaies image 0 [1]

Les années 2000 : la naissance du Bitcoin

Même si certains estiment que le dénommé Satoshi Nakamoto a posé les bases du développement des cryptomonnaies, il s'est en fait inspiré du concept de cryptographie à clé publique, présenté pour la première fois au grand public par deux chercheurs de Stanford en 1976, et de la monnaie électronique, explorée pour la première fois par le cryptographe américain David Chaum dans les années 1980. Les années 1990 ont été marquées par plusieurs tentatives de création d'un système de monnaie numérique anonyme et performant ; toutes ont sans aucun doute contribué à façonner l'avenir des cryptomonnaies.

Cependant, avant l'apparition du Bitcoin, un autre événement a bouleversé le système financier mondial : la "bulle Internet". L'Internet que nous connaissons si bien aujourd'hui fut à l'origine une innovation qui a bouleversé notre vie et qui, combinée à une spéculation excessive sur le marché de l'immobilier aux États-Unis ainsi qu'à d'autres instabilités financières dans le monde, a déclenché la grande crise financière de 2008. Le Bitcoin est né la même année pour tenter de résoudre les problèmes du système financier tout en redonnant la liberté par tous les moyens imaginables.

2008-2009 : le réseau Bitcoin

Nakamoto a acheté le domaine Bitcoin.org et a publié le livre blanc du Bitcoin en 2008. Ce document présente l'application du consensus de preuve de travail (PoW) pour le réseau Bitcoin, un "système de monnaie électronique de pair à pair" doté d'une offre de coins limitée (21 millions). Le bloc de genèse a été miné en 2009, mettant alors 50 Bitcoins en circulation. Un message chiffré dans le bloc de genèse faisait référence à la crise financière de 2008 et à la manière avec laquelle les gouvernements ont sauvé les banques. Nakamoto a également été le premier à effectuer une transaction en Bitcoin, le 12 janvier 2009.

Une des choses qui a freiné les amateurs de Bitcoin cette année-là a été la difficulté du minage de Bitcoins, concrétisée par la puissance de calcul et l'énergie consommée. Le minage de Bitcoins nécessite des machines spécialisées dotées de cartes graphiques exceptionnellement puissantes ; c'est cette caractéristique inhérente au PoW qui assure la sécurité et l'équité du réseau, mais qui fait aussi de Bitcoin l'objet de critiques environnementales.

2010 : le Bitcoin Pizza Day

Un événement majeur pour le Bitcoin – et sans doute aussi pour l'ensemble du marché des cryptomonnaies – s'est produit le 22 mai 2010, lorsqu'un homme en Floride a payé 10 000 BTC pour ses deux pizzas Papa John's. C'était la première transaction commerciale en Bitcoin, même si les deux premières plateformes d'échange de cryptomonnaie, BitcoinMarket et Mt. Gox, étaient déjà établies. Ces dernières ont d'ailleurs permis d'effectuer la première transaction publique de Bitcoin début 2010 à un prix de 0,0041 USD/BTC.

Satoshi Nakamoto a mystérieusement disparu sans laisser de traces en décembre 2010. Au fil des ans, plusieurs personnes ont prétendu être Nakamoto, mais sa véritable identité n'a jamais été révélée.

2011-2014 : le début de l'écosystème

Cette période pourrait très bien être considérée comme le tremplin de l'écosystème crypto, au cours de laquelle de nouveaux concepts ont été développés et affinés petit à petit.

2011 : les premiers altcoins

Alors que le Bitcoin attirait de plus en plus l'attention du public, d'autres personnes ont créé leurs propres coins ou tokens comme alternative au Bitcoin – désormais connus sous le nom de "altcoins." Les deux premiers altcoins officiellement reconnus ont été le Namecoin (NMC) de Vincent Durham, et le Litecoin (LTC) de Charlie Lee, tous deux directement dérivés du Bitcoin et toujours actifs aujourd'hui en 2023. Le Litecoin est actuellement la 13ème cryptomonnaie en termes de capitalisation boursière.

Les portefeuilles de cryptomonnaies les plus anciens sont des logiciels appelés BitPay et Electrum. À ce jour, Electrum reste exclusivement réservé au Bitcoin, tandis que BitPay a étendu ses services au fil des ans pour prendre en charge d'autres cryptomonnaies.

L'année 2011 a marqué une nouvelle étape dans la croissance du prix du Bitcoin, puisqu'il a atteint la parité avec le dollar américain (USD), l'euro (EUR) et la livre sterling britannique (GBP), l'un après l'autre. C'est peut-être la raison qui a motivé la décision de WikiLeaks d'accepter les dons en Bitcoin.

2012 : le premier halving du BTC

En plus de l'offre limitée de Bitcoins, la conception du Bitcoin consolide la notion de rareté avec une fonctionnalité préprogrammée : la division par deux de l'offre, appelée halving du Bitcoin, qui a lieu environ tous les quatre ans. L'émission de blocs a été réduite de 50 BTC par bloc à 25 BTC par bloc, ce qui a contribué à la multiplication par cent du prix du BTC. Son prix est passé de 12 $ le 28 novembre 2012 à 1 217 $ un an plus tard. Le Bitcoin a lentement gagné en popularité, ce qui a conduit à la création de la Fondation Bitcoin. Un nombre record de 1 000 marchands ont commencé à accepter les paiements en BTC via BitPay.

Cette année-là, Coinbase a réussi à lever 600 000 $ pour sa création. Fondé par Mihai Alisie et Vitalik Buterin, Bitcoin Magazine a publié son premier numéro la même année.

En ce qui concerne l'adoption souveraine, l'Estonie a été la première entité à utiliser la technologie blockchain pour son projet d'identité numérique.

2013 : la première ICO

2013 a été une année remarquable pendant laquelle le cours du Bitcoin a dépassé la barre des 1 000 dollars et Reddit a accepté les paiements en BTC pour devenir membre Premium. Le marché du darknet Silk Road a été fermé et 26 000 BTC ont été confisqués par le FBI. En octobre, les premiers distributeurs automatiques de Bitcoin ont été installés à Vancouver, au Canada, convertissant les Bitcoins en espèces et vice-versa.

L'événement le plus marquant a été la création d'un nouveau type de financement participatif appelé Initial Coin Offering (ICO) ou offre initiale de jetons, à la suite de la levée de fonds réussie de Mastercoin (OMNI). Le projet a recueilli 4 740 Bitcoins (environ 500 000 $), provenant pour la plupart de membres du forum Bitcointalk.org, afin de développer sa plateforme. Les fondateurs de Mastercoin étaient loin de se douter que leur idée allait servir de modèle à de nombreux projets blockchain au cours des années suivantes et, dans une certaine mesure, ouvrir la voie à l'émergence d'Ethereum deux ans plus tard.

2014 : les premiers NFT et stablecoins

Le début de l'année 2014 a été brutal puisque Mt. Gox, la toute première plateforme d'échange de Bitcoins et qui représentait 70% des transactions mondiales, a été piratée et mise en faillite. 850 000 Bitcoins (460 millions de dollars à l'époque) sont restés introuvables à cause de cet événement, provoquant une prise de conscience nécessaire pour les investisseurs en cryptomonnaies imprudents. Cela a provoqué une chute de 50% du prix du Bitcoin ; les investisseurs ont alors commencé à se tourner vers d'autres applications blockchain comme les NFT, les stablecoins, les privacy coins et les portefeuilles physiques. En voici les principaux de cette année-là :

- Janvier 2014 : DASH (à l'origine XCoin), le premier privacy coin, c'est-à-dire une cryptomonnaie privée qui permet l'anonymat des transactions et l'impossibilité de les retracer, a été créé en tant que fork du Bitcoin.

- Mai 2014 : "Quantum", le tout premier NFT, a été frappé par l'artiste numérique Kevin McCoy sur la blockchain Namecoin.

- Juillet 2014 : bitUSD, un token émis sur la blockchain BitShares, définit le terme de stablecoin en indexant sa valeur sur une devise fiduciaire, le dollar américain. Une autre nouveauté annoncée le même mois a été le premier portefeuille physique pour cryptomonnaies créé par Trezor, suivi rapidement de Ledger. Le projet Ethereum a conclu le mois en recueillant 31 591 Bitcoins après 42 jours de levée de fonds.

- Septembre 2014 : NuBits est le deuxième stablecoin à voir le jour. Ce mois a également vu le premier échange de Bitcoins de gré à gré (OTC) approuvé par la Commodity Futures Trading Commission (CFTC) des États-Unis.

- Novembre 2014 : Tether présente l'USDT, le premier stablecoin financé à 100% par des actifs réels.

Sans se laisser décourager par le climat de confusion régnant sur le marché, de nombreuses sociétés cotées en bourse ont tout de même annoncé la possibilité de payer en Bitcoin, notamment Stripe, PayPal, Dell et Microsoft.

2015-2018 : l'essor des cryptomonnaies

De nombreuses équipes ont financé le développement de leur projet de cryptomonnaie par le biais d'ICO, dans le but de devenir le successeur d'Ethereum.

2015 : la genèse d'Ethereum

Le premier réseau principal d'Ethereum, Frontier, a été lancé en 2015. C'est environ deux ans après la présentation du livre blanc rédigé par Vitalik Buterin et son équipe. Par la suite, ils ont proposé la norme de token ERC-20, qui est absolument essentielle pour la création de contrats intelligents et d'applications blockchain plus diverses. Le cours de l'Ethereum est resté sous la barre des 1 $, mais les investisseurs se sont tous accordés sur le potentiel illimité du projet.

D'une manière générale, l'année 2015 fut positive pour les cryptomonnaies, Coinbase étant devenue la première plateforme d'échange de cryptomonnaies réglementée aux États-Unis, tandis qu'une autre plateforme basée aux États-Unis, Gemini, a été lancée. Le Bitcoin a fait l'objet d'une couverture de The Economist, avec en titre "The Trust Machine", et a continué à être la priorité de Stripe, la start-up de paiement ayant entamé l'intégration du paiement en BTC pour les marchands.

En outre, l'intérêt des institutions financières pour la technologie blockchain s'est considérablement accru : J.P. Morgan, Goldman Sachs et Bank of America ont conclu un partenariat pour établir le cadre de la blockchain dans l'ensemble du secteur bancaire, tandis que le NASDAQ a mené le premier test de blockchain.

2016 : le piratage de DAO

Homestead est devenu le deuxième réseau principal d'Ethereum. Une nouvelle forme d'organisation sans confiance a été établie sur la blockchain Ethereum grâce à l'invention des contrats intelligents. Le nom du projet, Organisation Autonome Décentralisée (DAO), est désormais utilisé pour décrire toute entité dirigée par une communauté et bâtie sur la blockchain. La popularité de ce projet révolutionnaire repose sur sa conception inédite d'une distribution égalitaire de l'autorité et sur le fait qu'il a été le premier projet très médiatisé sur le réseau Ethereum, ayant levé 150 millions de dollars en Ethereum à l'époque. Cependant, avant que DAO ne prenne véritablement son envol, un pirate informatique a réussi à exploiter les failles de son code, dérobant 3,6 millions de dollars (certains parlent de 14 millions de dollars) du fonds de DAO.

La communauté Ethereum dans son ensemble a été durement touchée, car 14% des ethers en circulation étaient stockés dans les contrats intelligents de DAO au moment de l'attaque. Plusieurs questions concernant la sécurité et même la viabilité du réseau existant depuis un an se sont alors posées, incitant les mineurs, les plateformes et les exploitants de nœuds à mettre en œuvre le hard fork d'Ethereum au bloc 192 000.

En 2016, le Bitcoin a connu son deuxième halving, qui a fait passer la quantité de BTC produite par bloc de 25 à 12,5. Ce n'était pas la seule raison derrière le record du prix du Bitcoin en 2017, mais c'était certainement l'un des principaux catalyseurs. Le Chicago Mercantile Exchange (CME), la principale plateforme de produits dérivés au monde, a lancé le Bitcoin Price Index (indice de prix du BTC), signe d'une plus grande notoriété et d'une présence accrue de la part des institutionnels sur le marché.

2017 : l'année des ICO

Nombreux sont ceux qui considèrent l'année 2017 comme le grand moment de l'histoire des cryptomonnaies. Au total, 435 ICO ont eu lieu cette année-là, ce qui a permis de lever la somme considérable de 5,6 milliards de dollars. L'ICO la plus célèbre a été celle de Filecoin, qui a également été la première à se conformer aux règles de la SEC grâce à l'accord SAFT (Simple Agreement for Future Tokens), juridiquement contraignant. La plateforme Binance a été fondée par Changpeng Zhao à la mi-2017 et a obtenu 15 millions de dollars lors d'une ICO la même année, alors que la Chine allait à contre-courant avec son interdiction des ICO en septembre.

Le secteur de la DeFi (finance décentralisée) a fait son apparition avec le lancement du principal stablecoin garanti par des cryptomonnaies, le DAI. La valeur totale bloquée (TVL) de la DeFi a franchi pour la première fois la barre du million de dollars. Le premier jeu NFT, CryptoKitties, est devenu viral, poussant les capacités transactionnelles d'Ethereum à leur limite.

Pendant ce temps, le Japon a officiellement reconnu le Bitcoin comme monnaie en 2017, offrant le climat réglementaire le plus progressiste pour ce marché. La première banque à vendre du Bitcoin directement à ses clients est la banque privée Falcon, basée en Suisse. Le CME et le CBOE (Chicago Board Options Exchange) ont annoncé leurs contrats Futures sur le Bitcoin, ce qui signifie que de grands acteurs des marchés financiers traditionnels ont rejoint le mouvement.

2018 : le premier ATH du Bitcoin

Quelques jours après le début de l'année, le cours du Bitcoin a établi son nouveau plus haut historique à 19 700 dollars. Les autres cryptomonnaies ont largement profité de cet accomplissement. La capitalisation boursière totale de toutes les cryptomonnaies a battu tous les records en atteignant 820 milliards de dollars, et les investissements des fonds de capital-risque sur le marché ont atteint 1 milliard de dollars. Bitget a été fondé fin 2018, dans le but d'introduire le concept de trading social dans les cryptomonnaies.

Fidelity a lancé sa plateforme institutionnelle dédiée aux cryptomonnaies, et les autorités suisses ont ajouté le BTC parmi les modes de règlement des impôts. D'autres organismes de réglementation ont commencé à soutenir l'utilisation de la blockchain : l'Union européenne a engagé 300 millions de dollars pour le développement de projets de blockchain tandis que le gouvernement sud-coréen a débloqué 9 millions de dollars.

2019-présent : faire partie intégrante de l'économie mondiale

Après d'innombrables critiques, le marché des cryptomonnaies prouve qu'il est là pour durer. Finalement reconnues comme une nouvelle classe d'actifs dans le monde entier, les cryptomonnaies font désormais partie intégrante du système financier mondial. Bien sûr, il reste encore beaucoup à faire, mais l'ensemble du chemin parcouru a eu un impact majeur et a été absolument stupéfiant !

2019 : passage à une nouvelle dimension !

C'est l'année où le nombre total de transactions en Bitcoin s'est élevé à 400 millions, et où le nombre de transactions quotidiennes en Ethereum a dépassé 1 million. Facebook, l'une des plus grandes entreprises au monde en termes de valorisation, a présenté son plan de monnaie numérique, tandis que le géant J.P. Morgan a lancé la première cryptomonnaie adossée à une banque aux États-Unis, le JPM Coin.

Un des sujets inquiétants de l'année a été la sécurité. Sept plateformes d'échange de cryptomonnaies ont été piratées, dont Binance et BitHumb. La valeur des fonds concernés s'est élevée à près de 160 millions de dollars, ce qui amplifie les problèmes de confiance soulevés par la pyramide de Ponzi de OneCoin.

2020 : jeudi noir mais croissance sans précédent

L'ensemble du marché a été ébranlé dans ses fondements avec le krach du 12 mars 2020, communément appelé l'événement du "jeudi noir". Le Bitcoin, la principale cryptomonnaie de l'écosystème, et l'Ethereum, le plus important des altcoins, ont tous deux perdu 50% de leur valeur en une journée. Dans le même temps, l'épine dorsale de la DeFi, le DAI, a perdu sa parité avec le dollar. Néanmoins, la DeFi a connu un essor après que Compound ait présenté son système de minage de liquidités, de même que Yearn Finance, SushiSwap et Pickle Finance. UniSwap, la véritable licorne, a donné naissance au terme d'airdrop ; la TVL de la DeFi s'élevait alors à 10 milliards de dollars, soit 10 000 fois plus par rapport à 2017.

L'intensification des activités dans le secteur de la DeFi, qui repose principalement sur la blockchain Ethereum, a exacerbé les problèmes de congestion et des frais de gaz élevés du réseau. Utilisant à l'origine le mécanisme de consensus PoW, Ethereum a amorcé sa transition vers le PoS (pour en savoir plus sur le mécanisme de consensus, cliquez ici) avec le calendrier de staking d'Ethereum 2.0 (phase 0).

De plus en plus d'acteurs institutionnels se sont lancés dans les cryptomonnaies, notamment Paul Tudor Jones, Michael Saylor ou encore Stan Druckermiller, ainsi que de grandes entreprises comme CitiBank et Grayscale. En conséquence, le SP 500 et le Dow Jones ont annoncé le lancement prochain de leurs indices cryptographiques. Visa a ajouté l'USDC à ses options de paiement, et LinkedIn a révélé que la blockchain était la compétence la plus demandée de l'année.

2021 : DeFi, NFT et métavers

Le secteur des cryptomonnaies a été en plein essor tout au long de l'année 2021. Coinbase est entrée en bourse et a été reconnue comme la 7ème plus grande introduction en bourse de toute l'histoire des États-Unis. La valeur du Bitcoin s'est approchée du niveau des 70 000 dollars, amenant la capitalisation du Bitcoin à un pic de 1 000 milliards de dollars. La plus attendue des mises à jour d'Ethereum, l'EIP-1559, a eu lieu et n'a résolu le problème des frais de gaz exorbitants que de manière restreinte. Les concurrents d'Ethereum ont progressivement grignoté sa part de marché, Avalanche et Solana se hissant parmi les dix plus grandes cryptomonnaies. La DeFi a bénéficié d'une croissance de 600% en glissement annuel, atteignant la barre des 200 milliards de dollars au plus fort. Elle a toutefois présenté des failles ayant entraîné 7,7 milliards de dollars de pertes, soit une hausse de 81% du montant des escroqueries, piratages et exploits par rapport à 2020.

Le grand retour des NFT a été totalement inattendu. Le titre de "vente NFT la plus célèbre de tous les temps" revient à Beeple, dont l'œuvre d'art NFT a été vendue pour 69,3 millions de dollars en Ethereum chez Christie's, la célèbre maison de vente aux enchères de beaux-arts basée aux États-Unis. Ce n'était que le début de l'obsession pour les NFT en 2021. Les CryptoPunks, les CryptoKitties et les Bored Ape Yacht Club sont également entrés dans la catégorie des œuvres d'art NFT. Adidas et Nike ont rejoint le mouvement avec la production de leurs propres chaussures numériques. La dernière pièce du puzzle a été Axie Infinity, qui s'est imposé du jour au lendemain comme le jeu NFT par excellence. À mesure que les NFT se généralisent, de plus en plus de personnes affluent vers ce marché, ce qui motive l'expansion des NFT dans le métavers, l'espace virtuel riche en graphismes. En 2021, le volume d'échange des NFT a atteint 23 milliards de dollars.

Les gouvernements avaient des plans différents en matière d'adoption de la technologie blockchain. Le Salvador a accepté le Bitcoin comme monnaie légale, mais la Chine a interdit toutes les activités liées aux cryptomonnaies et a mené plusieurs essais pilotes du yuan numérique. La Securities and Exchange Commission (SEC) a continué de rejeter les ETF cryptographiques ; le seul à avoir été accepté est un ETF Bitcoin basé sur des futures (BITO). Les ETF nord-américains ont toutefois obtenu le feu vert des régulateurs canadiens, où le premier ETF Bitcoin (BTTC) a fait ses débuts à la Bourse de Toronto.

2022 : la preuve de résilience

L'ensemble du marché a connu un début d'année correct, mais tout s'est dégradé à partir du mois de mai. L'effondrement du stablecoin algorithmique de Terra, qui valait 18 milliards de dollars auparavant, le désordre créé par Tether avec son depeg dans la foulée, et enfin la valeur du Bitcoin qui a plongé sous le sommet de son dernier cycle haussier. La peur et la panique ont balayé tous les secteurs du marché mais n'ont pas empêché les créateurs de continuer à façonner l'écosystème blockchain. Tous ceux qui ont traversé la volatilité de la dernière décennie capitalisent sainement sur la baisse, prenant acte de la situation mais essayant d'en tirer avantage. Pour les investisseurs aguerris, le bear market est un bon moment pour observer, rester calme et voir comment se déroule la suite des événements. Comme le dit le dicton, "Le Bitcoin est mort ? Vous devez être nouveau ici".

Principales étapes de l'évolution des cryptomonnaies image 1

Prêt à commencer votre voyage crypto ? Créez un compte Bitget dès aujourd'hui et profitez des données, indicateurs et outils que nous mettons à votre disposition !

N'oubliez pas de suivre la Bitget Academy pour vous familiariser plus rapidement avec les marchés crypto :

Twitter | Telegram | LinkedIn | YouTube | Facebook | Instagram